Résistance à la corrosion

Vous cherchez une toiture qui résiste à la corrosion?  

La couverture, de par sa fonction, est soumise à des conditions externes extrêmement difficiles et requiert donc des systèmes de protection particulièrement efficaces.

 

Les changements de températures, les conditions climatiques et la présence de substances agressives dans l’air  peuvent causer des détériorations rapides et importantes, en particulier en milieu chaud et humide,  des matériaux couramment utilisés pour les couvertures.

 

De plus, certaines conditions particulières - comme dans le cas de la faible pente d’une toiture qui en ralentissant l’écoulement des précipitations favorise la stagnation de l’eau et la concentration des substances corrosives - peuvent aggraver ultérieurement les phénomènes de dégradation en favorisant  la corrosion.

 

Dans le cas de tôles avec une faible couche de protection, ces facteurs peuvent causer des détériorations localisées sur les zones vulnérables du revêtement protecteur et favoriser la corrosion de l’acier.

 

Les zones les plus vulnérables à ces attaques sont:

 

  • Les zones où se superposent les tôles, sur les cotés et aux extrémités à cause de l’insuffisance de protection à ces endroits;
  • les arêtes des nervures (corrosion par fissuration et perméabilité de la laque protectrice);
  • les trous de fixation, les éraflures, les coupes (corrosion par aération différentielle).

Le système Ondulit de protection anti corrosive multicouche de l'acier galvanisé garantit, même sur ces zones critiques, des prestations supérieures et une grande fiabilité dans le temps. De fait, grâce à l' association des caractéristiques spécifiques de chacun des composants du système anticorrosion, parfaitement intégrés entre eux, il en découle une protection totale de la tôle virtuellement illimitée dans le temps, même sous les conditions atmosphériques les plus sévères.

 

En rapport au type d’attaque corrosive, on distingue conventionnellement trois types d’atmosphères qui peuvent même être associées:

    • Atmosphère marine

    Les zones côtières, comme toutes les zones soumises aux vents marins, constituent pour les couvertures métalliques un des milieux les plus agressifs du point de vue de la corrosion électrochimique.

     

    La présence de taux d’humidité élevés et de fortes concentrations de chlorure de sodium exerce de très fortes actions corrosives sur les surfaces métalliques inadéquatement protégées.

    Les températures élevées accélèrent ce phénomènes.

    Les conditions extrêmement agressives  de l’atmosphère marin, avec de très fortes concentrations de chlorure de sodium et un fort taux d’humidité, sont reproduites dans une chambre d’essais à la résistance au brouillard salin selon la norme ISO 9227.

     

    Test de résistance au brouillard salin (ISO 9227)

     

     

    Le test consiste à exposer un échantillon, sur le revêtement duquel est effectué une incision en forme de croix, dans une chambre où la température est maintenue à 35°et où une solution de chlorure de sodium à 5 % a été pulvérisée. Par conséquent la chambre est saturée de brouillard salin. Le test est habituellement interrompu quand l’échantillon présente des signes de dégradation. Le graphique ci-contre montre les résultats obtenus par les systèmes de protection les plus couramment utilisés pour les couvertures en acier.

    Il apparaît évident que le système de protection multicouche Ondulit est nettement plus efficace que celui des simples tôles pré-laquées. Après 3000 heures (temps convenu d’exposition) on ne relève aucune cloque ou  décollement de la protection des échantillons des tôles aluminium naturel Ondulit, même le long des incisions. Le revêtement est intact sans aucun signe de corrosion.

     

    • Atmosphère industrielle et urbaine

    L’atmosphère de type industriel ne se délimite pas seulement aux zones fortement polluées par l’anhydride sulfureux et par d’autres composés chimiques généralement présents dans les zones industrielles, mais comprend également toutes les régions situées sous les vents dominants qui proviennent des zones plus polluées.

     

    L’action des substances chimiquement agressives, souvent associées à des  taux d’humidité relative élevés, provoque une dégradation rapide des couvertures métalliques classiques. La cause principale de corrosion  en atmosphère urbaine est due à la concentration élevée dans l’air de résidus de combustion des hydrocarbures. On relève la présence de beaucoup de substances polluantes, mais l’anhydride sulfureux présente la concentration la plus forte.

     

    Notamment en présence d’humidité (sous forme de brouillard, rosée, condensation …), l’anhydride sulfureux exerce une action particulièrement agressive sur les métaux.

    Par conséquent, aussi bien pour les atmosphères industrielles que pour les atmosphères urbaines, et de manière générale pour toutes les expositions en présence d’émission de gaz de combustion, la méthode d’expérimentation utilisée est celle du test de résistance à l’anhydride sulfureux UNI ISO 6988 (test en chambre de Kesternich).

     

    Test de résistance à l’anhydride sulfureux

     

    Le test consiste à placer un échantillon sur le revêtement duquel a été pratiqué une incision en forme de croix, dans une chambre saturée d’humidité avec une température de 40°, où sont pulvérisés deux litres ’anhydride sulfureux (sur un volume total de 300 litres). Après 8 heures la chambre est ouverte et l’échantillon est placé sous température ambiante pendant 16 heures.

     

    Ces deux opérations forment un cycle complet. Après 45 cycles les échantillons des tôles aluminium naturel Ondulit ne présentent aucune cloque ou décollement de la couche de protection. Cette dernière est intacte et présente un léger soulèvement à l’endroit des incisions, sans aucune trace de corrosion.

     

     

     

Ondulit. Depuis 1953

Ondulit. Depuis 1953

Ondulit. Depuis 1953

Ondulit. Depuis 1953

Ondulit. Depuis 1953